Le plaisir avant tout…

Je viens de terminer une semaine sans sucre (avec 2/3 embuches).
L’expérience qui n’était pas une première est toujours très intéressante.

Voici d’ailleurs 3 lignes de vidéos YT ou je partageais déjà mon expérience il y a quelques années :
#Addictionausucre : ETES VOUS ACCRO AU SUCRE ? – YouTube
#Addictionausucre : Le sucre est ma drogue dure – YouTube
#Addictionausucre : Bilan ma cure détox 21 jours Sans Sucre – YouTube

Se remettre dans les étiquettes m’a fait du bien pour reprendre conscience de certaines choses. De plus ça me permet également de mieux comprendre mes cours de diététique concernant les différents macro-nutriments .
Je n’ai pas refais comme dans mon expérience ci dessus en 2017, 3 semaines de cure mais uniquement 1 semaine.
Ma démarche est différente et veut s’installer dans le temps.

Je veux reprendre la main sur la gestion de ma consommation de sucre qui dicte mes émotions négatives mais également positives.

Je fais partie des personnes qui consomment sans réelle mesure des produits sucrés en particulier dans les très bonnes et les pires émotions.
Aujourd’hui cela reste complètement différent de ce que j’ai pu vivre avant : et oui, avant je pouvais acheter des pâtisseries dans une certaine quantité et les manger en cachette dans ma voiture.
Cette période là est révolue depuis des années et c’est déjà un énorme pas dans ma vie de femme.

Mais je veux pouvoir reprendre les rennes de ma vie alimentaire complètement et être en paix avec moi même quand je vis des émotions fortes.


On cherche tous des astuces pour remplacer des aliments qui sont addictifs et qui nous empêches de nous arrêter quand on a mis le nez dedans.
De mon côté c’est le chocolat. Rien d’original je sais.

Je pensais que c’était vraiment la matière première qui me procurait le plus de plaisir (le cacao) donc j’ai acheté des fêves de cacao.
J’ai également acheté une tablette de chocolat 100% chocolat noir à la biocoop avec 0.9 g de sucre pour 100 g (autant vous dire rien du tout par rapport à une tablette normale qui peut en contenir 50 à 60 g).
J’ai filmé dans un live ma réaction sans filtre que je vous laisse aller voir sur mon instagram. (dans les IGTV) : la réponse est sans appel.


J’ai compris de ce fait une chose importante : je ne mange pas que pour me nourrir et pour des besoins fondamentaux de manger des produits qui sont bons pour mon corps. Je mange car cela me procure un plaisir gustatif.
Donc :
– oui on modère les quantités de chocolat ingérées.
– oui on fait attention à la qualité du chocolat que l’on choisit.
– oui on choisit une fréquence raisonnable (pas tous les jours, pas de « rituel » chocolat).
MAIS le plus important à mes yeux c’est que : quelque soit la quantité, la qualité, et la fréquence du chocolat que je vais manger, je veux que ça soit bon et que je prenne du plaisir à le manger.
C’est indispensable et ça restera indispensable à mes yeux.
C’était le message du jour…

Bodylift : ça c’est fait !

J’ai tellement réfléchi avant de passer le cap.
En 2016 (presque 2 ans après l’opération) j’étais plutôt contre.
En 2017 finalement j’ai sauté le pas d’aller voir un chirurgien et j’ai commencé à me renseigné plus précisément sur les différentes possibilités.
Je ne reparlerais pas de toutes ces phases. J’en ai parlé dans plusieurs lives et vidéos sur instagram et Youtube.

Aujourd’hui on est le 23/02/2021 et j’ai été opéré depuis 37 jours.
Ca me parait très très loin et en même temps c’était hier finalement.
Je sais que aujourd’hui je dois toujours faire attention à ne pas trop en faire.
Par contre je vous avoue que c’est pas tous les jours facile de me retenir de faire du sport. C’est assez dur psychologiquement d’être bloqué car j’étais habituée à suer tous les jours. Me dépenser et connaître cette sensation si particulière qu’on a juste après une séance.
Il va falloir être encore patiente… c’est pas ma plus grande qualité.

A aucun moment par contre je me suis laissée aller…j’ai continuer de bouger dès que j’ai pu poser le pied par terre et j’ai continué de plus belle un peu tous les jours.

Faudrait quand même pas que ça dure trop longtemps…

Marcher ne me procure pas du tout les mêmes sensations, faut pas se leurrer. 
Et puis je dois accorder beaucoup plus de temps à l’activité physique afin de pouvoir faire mes fameux 10000 pas par jour donc ça reste prenant et ça me chamboule mon planning de nouvelle étudiante que je suis.
J’ai plus d’1 mois de retard dans mes cours (qui avaient démarré avec 4 mois de retard) donc le stress monde beaucoup en terme de timing.

Pour revenir sur l’opération en elle même : 
– Niveau douleur : toujours aucune. Parfois j’ai des tiraillements quand j’ai marché un peu trop longtemps et j’ai quelques décharges électriques en fin de journée.

– Je suis toujours gonflée, surtout au niveau des fesses ce qui fait que mes habits ne vont plus vraiment…

– Je masse mes cicatrices depuis que le chirurgien m’a demandé de le faire (depuis à peu près 15 jours. Mes massages durent environ 20 minutes. Je prends mon temps.

– Les cicatrices sont plutôt belles (pour des cicatrices de bodylift on va dire). Elles sont toujours rouges mais complétement refermées. Rien n’a craqué c’est chouette 🙂

Les sensations des cicatrices sont étranges. Les reconnections reviennent doucement doucement mais je sais que ça sera très longs