Perdre du poids sans faire un régime restrictif !

On revient de vacances et la réalité est là : vous êtes beaucoup à avoir pris du poids.

Prendre du poids avec l’âge est plus compliqué à reperdre : C’est une constatation personnelle mais c’est également une réalité scientifique.
Personne ne peut le nier.
Perdre les 3/4 kilos qu’on a pris pendant l’été est bien plus dur à perdre quand on a 45 ans comme moi que quand on a 20 ans.

Je vais revenir sur des notions importantes si vous avez décider de vous reprendre en main : notre métabolisme ralentit avec l’âge. C’est vraiment à prendre en compte par rapport à votre situation.

Tout d’abord c’est quoi le métabolisme ?
Wikipédia va te donner cette info : Ensemble des processus de transformation biochimique qui se produisent dans les tissus des organismes vivants.
C’est le processus de transformation par lequel nous brûlons nos calories.
On parle aussi de métabolisme de base : c’est la dépense énergétique minimale d’un sujet au repos

Pour calculer ton métabolisme basal il existe une formule : Black and co (c’est celle qu’on nous apprend au BTS diététique)

HOMMES MB = 1,083 x P0,48 x T0,5 x A-0,13
FEMMES MB = 0,963 x P0,48 x T0,5 x A-0,13

Je prends l’exemple d’une femme de 40 ans qui fait 1m70 et 70 kgs et qui a une pratique de sport habituelle (3 x 45 mn d’activité physique par semaine)
On obtient : 0,963 x 70 0,48 x 1.70 0,5 x 40 -0,13 = 5.97

Puis on calcule le NAP : niveau d’activité physique.
Le NAP moyen chez la femme dépend de l’activité physique que vous pratiquez.
Sédentaire : 1.4
Habituelle : 1.6
Importante : 1.8
Très importante : 1.9

Et pour finir on calcule l’AET (apport energetique total)
MB x NAP = AET
Si on part du principe qu’on a une activité habituelle (3 x 45 mn)
5.97 X 1.6 = 9,552 MJ soit 9552 KJ soit 2285 calories

L’apport conseillé en protide est de 10 à 20 % de l’AET soit :
Protide : 10 à 20 % AET soit 56 à 112 g
Lipide : 35 à 40 % AET soit 87 à 100 g
Glucide: 40 à 55 % AET soit 224 à 309 g et les glucides simples ajoutés moins de 10 % AET (56 g).

A titre indicatif on peut également se donner une répartition en fonction des différents repas. Il s’agit uniquement de recommandations. Ce n’est pas à suivre à la lettre car certains par exemple ne déjeune pas le matin. Donc c’est à adapter à votre vie : (par exemple moi je prends 2 collations donc c’est ce que je déduis de mon déjeuner et de mon dîner)

Petit déjeuner : 25 % de l’AET +/- 5 % soit 571 calories

Déjeuner: 40% de l’AET +/- 5% soit 914 calories

Dîner: 35% de l’AET +/- 5 % soit 799 calories

Pour perdre du poids, vous devez être en déficit calorique sans jamais être en dessous de votre métabolisme de base :

c’est la phrase la plus importante à retenir.

Dans le cadre de mon exemple , le métabolisme de base est de 5.97 soit 5970 KJ soit 1428 calories.
Le métabolisme de base c’est la quantité d’énergie dont le corps a besoin pour maintenir ses fonctions vitales au repos.
Pour perdre du poids il faut être autour de 1900 calories journalièrement.
Si on est en dessous on perdra évidemment plus vite mais ce n’est pas toujours l’idéal.
Au contraire c’est comme ça qu’on peut à moyen/ long terme affaiblir son métabolisme de base.
Si on manque d’approvisionnement en énergie, le corps s’adapte et fait descendre votre métabolisme afin de faire des réserve en cas de besoin par la suite.
Il faut donc éviter au maximum d’être en déficit calorique trop important pour ne pas massacrer votre métabolisme de base.

Dès qu’on remange à sa faim, on reprend le poids perdu avec très souvent un bonus.



Quand on pratique une activité physique régulière, on brûle plus de calories, même au repos. C’est encore un argument pour maintenir une activité sportive toute sa vie : il est préférable de privilégier un sport de longue durée moyennement intense pour accélérer son métabolisme :
– course à pied (je suis fan vous avez compris je pense),
– natation (j’ai un objectif pour 2023, je vous en parlerais prochainement),
– vélo (un jour j’en ferais vraiment)
– ski de fond (j’ai jamais pratiqué mais je pense que j’adorerais)
– et pas mal de sport de balles.

En dehors de cela, augmentez votre métabolisme en bougeant dès que vous le pouvez : marchez au lieu de prendre la voiture, prenez les escaliers quand c’est possible, activez vous tous les jours.

Cela ne va pas remplacer votre séance de sport mais cela contribuera à booster votre métabolisme.

On a tendance aussi à oublier mais boire minimum 2 litres d’eau stimule votre métabolisme.
Les céréales, légumineuses, légumes, volaille poisson qui contiennent des fibres stimulent aussi votre métabolisme.

A contrario, les plats ultra transformés, les plats préparés, la junk food, ralentissent votre métabolisme et peuvent bloquer votre perte de poids.
Il n’y a aucune interdiction mais il faut quand même limiter ce type d’aliment si on veut stimuler son métabolisme.

Pour finir, ne négligez pas non plus votre sommeil. Bien dormir contribue à votre bien être et diminuer votre pression mentale. Le sommeil est indispensable afin de pouvoir se regénérer.

Ne négligez pas toutes ces généralités qui sont les composantes pour vous garantir une vie saine et équilibrée.

Il y a la théorie avec toutes les informations plus mathématiques que j’ai évoqué précédemment qui vont vous permettre de trouver un cadre mais la réalité doit être en harmonie avec votre mode de vie.

Le plaisir avant tout…

Je viens de terminer une semaine sans sucre (avec 2/3 embuches).
L’expérience qui n’était pas une première est toujours très intéressante.

Voici d’ailleurs 3 lignes de vidéos YT ou je partageais déjà mon expérience il y a quelques années :
#Addictionausucre : ETES VOUS ACCRO AU SUCRE ? – YouTube
#Addictionausucre : Le sucre est ma drogue dure – YouTube
#Addictionausucre : Bilan ma cure détox 21 jours Sans Sucre – YouTube

Se remettre dans les étiquettes m’a fait du bien pour reprendre conscience de certaines choses. De plus ça me permet également de mieux comprendre mes cours de diététique concernant les différents macro-nutriments .
Je n’ai pas refais comme dans mon expérience ci dessus en 2017, 3 semaines de cure mais uniquement 1 semaine.
Ma démarche est différente et veut s’installer dans le temps.

Je veux reprendre la main sur la gestion de ma consommation de sucre qui dicte mes émotions négatives mais également positives.

Je fais partie des personnes qui consomment sans réelle mesure des produits sucrés en particulier dans les très bonnes et les pires émotions.
Aujourd’hui cela reste complètement différent de ce que j’ai pu vivre avant : et oui, avant je pouvais acheter des pâtisseries dans une certaine quantité et les manger en cachette dans ma voiture.
Cette période là est révolue depuis des années et c’est déjà un énorme pas dans ma vie de femme.

Mais je veux pouvoir reprendre les rennes de ma vie alimentaire complètement et être en paix avec moi même quand je vis des émotions fortes.


On cherche tous des astuces pour remplacer des aliments qui sont addictifs et qui nous empêches de nous arrêter quand on a mis le nez dedans.
De mon côté c’est le chocolat. Rien d’original je sais.

Je pensais que c’était vraiment la matière première qui me procurait le plus de plaisir (le cacao) donc j’ai acheté des fêves de cacao.
J’ai également acheté une tablette de chocolat 100% chocolat noir à la biocoop avec 0.9 g de sucre pour 100 g (autant vous dire rien du tout par rapport à une tablette normale qui peut en contenir 50 à 60 g).
J’ai filmé dans un live ma réaction sans filtre que je vous laisse aller voir sur mon instagram. (dans les IGTV) : la réponse est sans appel.


J’ai compris de ce fait une chose importante : je ne mange pas que pour me nourrir et pour des besoins fondamentaux de manger des produits qui sont bons pour mon corps. Je mange car cela me procure un plaisir gustatif.
Donc :
– oui on modère les quantités de chocolat ingérées.
– oui on fait attention à la qualité du chocolat que l’on choisit.
– oui on choisit une fréquence raisonnable (pas tous les jours, pas de « rituel » chocolat).
MAIS le plus important à mes yeux c’est que : quelque soit la quantité, la qualité, et la fréquence du chocolat que je vais manger, je veux que ça soit bon et que je prenne du plaisir à le manger.
C’est indispensable et ça restera indispensable à mes yeux.
C’était le message du jour…

Choisir une chirurgie bariatrique, est ce une solution de facilité ?

Cela fait plusieurs semaines que je voulais faire cette vidéo pour déculpabiliser les personnes qui se font opérer d’une chirurgie de l’obésité.

Sur les réseaux on voit des milliers de comptes qui fleurissent qui mettent en avant des personnes qui perdent du poids et qui mentionnent : « j’ai perdu du poids sans chirurgie ».

Comment interpréter ce type de description de profil quand on a choisit de se faire opérer ?

Restons bienveillant entre personnes qui essayent de perdre du poids. On a chacun nos solutions.
Je n’ai pas choisi l’opération par facilité.

C’est une des vidéos qui a été une révélation pour moi

Une vidéo sincère.
Une réunion grand public du G.R.O.S : groupe sur l’obésité et le surpoids.
Cette conférence date de 2013, mais c’est intéressant de la réécouter avec attention.

Maigrir finalement ce n’est pas réellement un souci : On est presque tous d’accord. Le souci reste de ne pas regrossir.

L’obésité est une maladie sérieuse. Ne prenons pas les choses à la légère dans sa prise en charge.
Ils ont reconnus qu’on ne peut pas réellement guérir de cette « maladie ».

« Suivre un régime permet de maigrir : mais maigrir n’est pas tellement intéressant si c’est pour regrossir si on a pas fait une analyse profonde des troubles des comportements secondaires attachés ».

Des conseils simples :

Ne pas se comparer au voisin.

Ne pas ériger un poids qui correspondrait à tout le monde.

Ne pas se résigner pour autant.

Ne pas faire n’importe quoi.


Depuis l’opération, je n’aime plus la viande rouge

C’est un sujet qu’on aborde souvent entre personnes opérées.
Je ne sais pas, par quel phénomène physiologique c’est possible, mais mes goûts culinaires ont vraiment changés depuis l’opération.

Un des plus gros changements c’est que je n’ai plus aucun plaisir à manger de la viande rouge. Au départ j’avais même un dégoût profond.

Aujourd’hui ce n’est plus un dégoût.

Si j’en ai dans mon assiette je vais pouvoir en manger par politesse et je n’aurais pas de problème de digestion si je n’en mange pas beaucoup.
J’ai donc pratiquement supprimé cet aliment de mon plan alimentaire.
Avec certains diététiciens (pas le mien actuel bien heureusement) cela a été une bataille. Il fallait que je mange de la viande pour combler mes carences.
Je ne mangeais pas assez de protéines, j’étais faibles.

On me donnait des conseils invraisemblables à mes yeux à ce moment là « intégrez du boudin, du foie, de la viande saignante dans votre alimentation c’est important pour vous ! ».
Et parfois j’écoutais, et j’étais encore plus dégoutée.
Effectivement mon taux de fer remontait un peu, mais c’était pas une solution à mes yeux.

Cela reste mon avis perso, mais je crois sincèrement qu’on a plus de risque à manger à outrance de la junk food, que de supprimer totalement la viande de son alimentation.

C’est vrai que c’est plus compliqué de trouver une supplémentation dans l’alimentation végétale.
Et encore, on peut plutôt dire que c’est : moins accessible et moins facilité dans l’industrie actuelle.

  • « Manger des produits entiers non transformés permet de pouvoir bénéficier de tous les nutriments du produit ».
    C’est sans doute cela le meilleur conseil qu’on ait pu me donner.
    « Manges un produit non trafiqué, le plus pur possible et tu auras une qualité nutritionnelle bien meilleure. »

Or, remplacer de la viande rouge par des protéines végétales c’est complétement possible si tu as des carences en fer.

Donc pour récapituler : Faux problèmes concernant les carences : carences en fer et vitamines C ou D . C’est assez facile à trouver dans les végétaux.

Par contre pour la vitamine B12, c’est bien plus compliqué à trouver si tu manges plus du tout de protéines animales et ce n’est pas mon cas.
Au contraire, je consomme beaucoup plus de poissons qu’avant.

Le but de mon post est surtout de vous rappeler que c’est important :

  • de faire des prises de sang régulièrement car parfois on peut être en carence sans le savoir. Il faut adapter son alimentation en fonction des résultats obtenus.
  • On est pas obligé de manger une catégorie d’aliment si elle nous dégoûte : l’alimentation ne doit pas être médicamenteuse à mon avis.
  • Manger varié et le moins transformé possible est une des clés de réussite pour garder une alimentation saine.

N’hésitez pas à me dire si vous aussi vous avez beaucoup de mal à manger de la viande rouge (ou d’autres typologie d’aliment) et si vous avez réussi à combler ce manque par d’autres catégories d’aliments.

1 opération sur 2 est un échec : reprise totale du poids après 5 ans

ça paraît être un titre choc, mais c’est la triste réalité des opérations de chirurgie de l’obésité et en particulier de la Sleeve.

La vidéo est un débat et j’aimerais recueillir votre témoignage si vous êtes dans cette situation.

  • Est ce qu’on vous a proposé une autre solution ?
  • Est ce qu’il y existe d’autres solutions ?

Je suis inquiète car j’ai de nombreuses personnes qui m’informent de leur reprise de poids et de leur angoisse à repartir sur une chirurgie comme le bypass.

J’ai reperdu 17 kgs en mangeants des féculents 4 fois par jour !

C’est un sujet qui me tient à coeur car je cherche à communiquer des solutions qui fonctionnent. Je n’ai pas de régime miracle ni de potion magique.

J’applique juste une logique à mon rééquilibrage alimentaire et je prends plaisir à vous le partager.

N’hésitez à me donner votre avis sur mon point de vue. J’apprécie les débats quand ils sont fondés sur de l’expérience.

Je vous embrasse. Bon visionnage 😉

A retenir :

  • les féculents sont des végétaux qui sont la principale source d’énergie.
  • Il faut les manger de manière simple, privilégier les cuissons sans ou avec peu de matière grasse.
  • Il est recommandé d’en manger 3 fois par jour.
  • Il faut toujours l’associer à une protéine et à des légumes.
  • Si on supprime les féculents de son alimentation on va perdre sa masse musculaire.
  • Si on supprime les féculents cela peut provoquer assez rapidement des troubles du comportement alimentaire et des pulsion de sucre.
  • Il faut privilégier les féculents complets (pâtes, riz complets)

Ma 2e participation à la Sèche

Je suis ultra excitée à l’idée de participer pour la 2e fois à ce challenge sportif communautaire.
Malgré le confinement je n’ai jamais arrêté de faire du sport, pas une seule semaine. Le sport fait vraiment parti de ma vie. Je vous l’ai déjà énormément répété.
Mais comme je vous l’ai dit aussi, j’ai re-grossis depuis quelques années.
Une vidéo sur ma chaîne Youtube sera bientôt disponible pour vous parler de ma reprise en main.

Le sport m’a permis de limiter la casse car mon métabolisme a été vraiment ralenti depuis toutes ces années et le combat sera rude pour que mes kilos s’envolent de nouveau. Je veux rester optimiste sur ce point c’est important…

Revenons à ce programme : LA SECHE.
Je vous invite à aller voir ma story à la une sur mon instagram qui vous parle de ma participation et surtout du programme en lui même.

En résumé, la sèche c’est un programme de remise en forme récompensé.
L’énorme avantage c’est de faire un programme avec une communauté et des pro ultra motivés. La motivation est vraiment énorme grâce à l’engouement de chacun.

Le programme comprends :
– des menus envoyés chaque semaine (adapté à vos goûts)
– un challenge sportif toutes les semaines
– un programme sportif tous les jours. (les vidéos sont canons !!)

Et surtout à la fin tu as la possibilité de gagner des cadeaux si tu gagnes le défi !!

Tous les niveaux sont acceptés mais attention il faut être persévérant et ne rien lâcher. Le mental est important car il faut souvent se dépasser et pas toujours s’écouter.

Pour les personnes qui se sont faites opérer d’une opérations de chirurgie bariatrique : Attention, si vous venez à peine d’être opéré (moins de 3 mois post op et avec avis de votre chirurgien), ce challenge n’est pas fait pour vous. J’ai réalisé ce challenge presque 3 ans après mon opération la 1ère fois avec une bonne condition physique.

Si ça vous dit de participer, il va falloir s’activer car le challenge démarre lundi 15 juin (J-3). Avec le code LAU15 tu pourras bénéficier de 15% sur le challenge.
Surtout si tu participes tiens moi au courant pour qu’on puisse se suivre, ça sera d’autant plus motivant 😉 : https://laseche.fr/


Let’s GO !!!

1 mois après le jeûne intermittent, Fasting or not Fasting ?

Vous êtes plusieurs à me demander comment se passe mon Jeûne Intermittent depuis que j’ai repris la course à pied . Difficile de vous répondre dès maintenant car je trouve que 1 mois ne me permet pas d’avoir un recul suffisant mais je peux commencer à vous parler de mon ressenti par rapport à cette nouvelle façon de voir mes repas.

Pour rappel je n’ai pas associé à mon J.I de régime restrictif, je pourrais même dire « au contraire » car pendant l’été nous avons reçu pas mal d’amis et on est sorti assez souvent prendre des apéro, et manger des glaces…
En temps normal c’est plutôt un moment qui m’aurait déprimé car j’aurais repris facilement 2/3 kilos à ce rythme.
Mon bilan ne se résume pas à une perte ou reprise de poids mais plutôt à une prise de conscience de mon alimentation.
Je trouve que le J.I me permet de limiter mes apports caloriques dans la journée en ne déjeunant pas le matin, j’ai moins besoin de sucré dans la journée.
Mais finalement je me demandais si il ne suffirait pas de limiter mon apport en sucre le matin pour justement avoir cette sensation.


Il faut éviter les aliments à fort index glycémiques comme le pain blanc, les céréales sucrés, le chocolat etc…et utiliser plutôt des aliments bruts non transformés comme du muesli traditionnel sans sucre et y rajoutant des fruits frais ou des oléagineux comme des noix, des amandes, des noisettes.


Et si on veut absolument manger du pain, il faudrait partir sur du pain complet, pain aux céréales etc etc.
En y rajoutant du beurre en quantité limitée, ou de la purée d’amande (super en omega 3).
En tout cas on évite tout ce qui est avec de l’huile de palme.

De mon côté si je veux vraiment me faire plaisir, je partirais sur du salé le matin bizarrement avec la consommation d’oeufs. jambon, fromage (chèvre, brebis dans mon cas) parfois…
Et ce que j’ai appris c’est qu’en mangeant des protéines de ce type :

  • cela réduit fortement l’apport glycémique du repas.
  • ça apporte une sensation de satiété plus importante qu’avec mon déjeuner habituel sucré
  • ça donne une sensation de dynamisme et de concentration de motivation plus importante.

Le petit-déjeuner resterait donc visiblement le meilleur moment pour manger des protéines animales.

Donc je me pose la question du jeune intermittent sur la durée car pour moi dans mon organisation je ne peux le pratiquer que le matin…
Le J.I tel que je l’ai pratiqué ne m’a pas fait perdre du poids. J’ai plutôt stagné.
Mais je trouve quand même que j’ai dégonflé…et j’ai retrouvé mon énergie.
De plus je vais continuer de le faire en équilibrant mieux le reste de la journée pour voir vraiment l’effet de cette méthode.
Je trouve ça intéressant de faire une pause de 16h à mon organisme en même temps donc j’aimerais l’intégrer à mon quotidien malgré tout.

Les conseils du docteur Jean Michel Cohen, m’ont plutôt rassuré : il dit plutôt d’utiliser le J.I uniquement 2 fois par semaine. Il est « pour » la pratique du Fasting.



Scientifiquement c’est prouvé que ça fait du bien de faire cette pause. donc aujourd’hui j’étais à 5 jours de fasting par semaine et je vais pratiquer 2 jours par semaine de fasting par semaine en équilibrant beaucoup mieux le reste de la journée.


Même si je connais parfaitement ce qu’il faut faire dans mon assiette je vais reprendre contact avec un coach en nutrition qui va individuellement me driver car parfois ça fait du bien 🙂
Je vous referais un bilan de cela qui me parait plus logique et plus efficace à long terme 😉
Si vous voulez témoigner sur le sujet je suis très intéressée par vos retours d’expérience.